PARTENAIRES
POST-NATAL SUPPORT NETWORK

Pendant la période post-natale de 40 jours, le repos et le soutien sont indispensables. Ils demandent une organisation en amont. 

Pour vous permettre de récupérer de l'accouchement, de réussir l'allaitement, de dormir un peu... et de passer des moments magiques avec votre nouveau-né, l'association post-natal support network peut vous aider. 

Le post-natal support network, qu'est-ce que c'est ?  

L'association Post-Natal Support Network propose un réseau mondial de soutien post-natal. Ce réseau est conçu pour organiser un service pendant la période cruciale des 40 premiers jours après la naissance. Ce service est appelé Sevadar. En effet, dans la tradition yogique, après avoir donné naissance, la femme devrait se dédier complètement à se rétablir et à prendre soin de son nouveau-né et d'elle-même. 

Ces premiers jours sont très importants pour la mère comme pour l’enfant. Ils permettent de s’adapter l'un et l'autre, de créer une relation dans la nouveauté de la situation. La normale veut qu'un bébé demande à être nourri toutes les deux heures, environ. Le reste du temps, la nouvelle maman devrait se reposer pour se remettre physiquement et émotionnellement du travail effectué lors de la grossesse et de l'accouchement. C'est pendant ces premières semaines de mise en place de la relation mère-enfant que la (-le) sevadar intervient. 

Qu'est-ce qu'un(e) Sevadar ?

 

Un(e) sevadar est une personne bénévole au service désintéressé. Sevadar signifie "être au service". Un(e) sevadar est une personne neutre qui vient pour servir et soutenir la famille afin qu’elle s’organise dans sa nouvelle vie.

La sevadar sert la famille, en particulier la mère et son (-ses) enfant(s). Les heures de travail seront fournies en échange de nourriture, d'un logement et d’une rémunération définie au préalable par un accord commun. 

Idéalement, la sevadar et la famille devront être en contact le plus tôt possible, c'est-à-dire après les 120 premiers jours de grossesse (jour de fête dans la tradition yogique) afin qu’ils communiquent sur leurs attentes et sur leurs souhaits.

La Sevadar devra être contactée dès que le travail d'accouchement commence. 

Si, toutefois, le soutien de la mère est assuré par une amie proche ou par une membre de la famille, la sevadar devra donner la priorité à la maman et mettre les considérations intergénérationnelles et/ou affectives entre parenthèses. Ceci dans le but d’apporter un maximum de d'attentions et de soutien à la mère et à son bébé. 

 

 

Quel est le rôle de la (-du) sevadar ?

Comme je l'ai déjà évoqué, la (-le) sevadar a un rôle primordial à jouer pour favoriser la création de la relation mère-enfant, appelée à ce stade, dyade mère-enfant. 

Dans les tous premiers jours après l’arrivée de bébé, une chute importante d’hormones peut faire que la femme rencontre des difficultés à apprécier totalement la réalité : elle est mère. 

Pour cela, elle a besoin de l’appui réconfortant de ses proches, qui agissent tel un rempart contre les peurs, les angoisses liées au bouleversement, à la responsabilité, au futur… Autant de stress dont les conséquences peuvent affecter le développement de l'adulte en devenir. 

 

Nous savons que la naissance d’un bébé est aussi une nouvelle naissance pour la mère et pour le père. Elle l'est aussi pour les autres membres du foyer. Le statut de chacun change. L'enfant unique devient le grand frère ou la grande soeur. Chaque naissance vient réactualiser notre propre histoire et nous interroge sur la manière dont nous avons été conçu(e), porté(e), enfanté(e) et accueilli(e).  

Bien que toutes ces questions soient le plus souvent très profondément enfouies dans l'inconscient, elles n'en sont pas moins toujours présentes. 

La qualité d'écoute, et de bienveillance neutre de la (-du) sevadar est primordiale. Elle se doit d'être rassurante, dévouée à la mère afin qu’elle le soit avec son enfant.  

Sa présence doit être douce, respectueuse et élevante. 

Elle participe à la qualité de l’atmosphère autour de la mère qui a besoin d’harmonie autour d’elle. 

Dans l’absolu, la mère devrait dormir ou se reposer lorsque son bébé dort. 

 

La sevadar se doit d’être elle-même et honnête avec ses compétences. Il est important de bien définir au préalable avec la mère et/ou le couple parental les tâches nécessaires et utiles à tenir : les repas, le ménage, les courses, les lessives, la présence auprès des ainés,… 

Si la sevadar est elle-même mère, elle peut soutenir de manière plus concrète si elle en a les compétences autour de l’allaitement, de l’alimentation. En aucun cas, elle ne doit s’improviser conseillère. Rester à la bonne distance, ne pas influencer, ni critiquer les choix de la mère et des parents est primordial. 

Si, toutefois, un comportement au sein du foyer ne lui semble pas respectueux des qualités précédemment exposées pour le bien-être du bébé et de la mère, elle peut exprimer son ressenti avec tact et peut–être permettre une prise de conscience. La sevadar doit se rappeler que certains problèmes auront existé avant qu’elle arrive et seront probablement là après son départ. L’humilité est de rigueur. La mère doit avoir le dernier mot car c’est elle qui est en relation avec son bébé.

 

Plus que tout, la sevadar doit garder une attitude de gratitude pour l’expérience partagée dans un foyer qui accueille un nouveau-né. 

Si elle est inspirée et si la mère est demandeuse et réceptive, elle peut l’inviter à créer des moments de partages comme, raconter la naissance (les joies, les frustrations). Une maman a besoin de raconteur. C'est aussi un temps pour prendre le temps de méditer, de chanter, de se faire masser, de respirer, de marcher… 

 

La sevadar peut s’occuper avec tendresse et délicatesse de la maman et de lui apporter réconfort et amour afin qu’elle en déborde pour son enfant, sans bien entendu se substituer au compagnon. 

 

La sevadar peut être inspirante pour le père qui ne sait pas toujours comment faire. Quelle attitude juste adopter avec sa femme pour la soutenir ?

Une nuit et une journée de repos par semaine est nécessaire au bien-être et à la qualité du soutien de la sevadar. Un dédommagement de ses frais de transport est de rigueur. 

Si le coeur vous en dit, n'hésitez pas à contacter l'association Post Natal Support Network. Vous trouverez sur leur site tous les éléments indispensables pour trouver le soutien souhaité. 

  • Facebook Social Icon

A NOTER : Aucune de mes prestations n'est, pour l'instant, soumise à un remboursement par la sécurité sociale. De plus, mon accompagnement ne se subistitut, en aucun cas, à celui d'une sage-femme ou d'un obstétricien diplomé.  

Imprimer le flyer

© 2019- Ericamrit, Yoga Doula à Paris